Élections provinciales

Une désaffection inquiétante

Mise à jour le mardi 9 décembre 2008 à 15 h 01
Jour de scrutin

Jour de scrutin

Redoutée dès le déclenchement des élections, la faible participation aux élections générales de lundi s'est confirmée, atteignant 57,3 %. Il faut remonter à 1927 pour retrouver un aussi bas taux.

Aux élections du 26 mars 2007, le taux de participation était de 71,23 %, en légère hausse par rapport à celui du 14 avril 2003 (70,49 %). Au total, 78,32 % des électeurs inscrits ont voté lors du scrutin du 20 novembre 1998.

Les plus forts taux de participation au Québec ont été enregistrés à l'occasion des référendums de 1980 (85,61 %) et de 1995 (93,52 %).

Catastrophique, selon le DGE

« Catastrophique » et « désolant », c'est ainsi que le Directeur général des élections (DGE), Marcel Blanchet, a qualifié le taux de participation.

Il s'est montré d'autant plus déçu que des efforts ont été déployés pour encourager les gens à voter, comme l'ajout de cinq journées supplémentaires pour le vote anticipé.

M. Blanchet ne pense pas que le froid ait découragé les électeurs de se rendre aux bureaux de vote, car, a-t-il rappelé, ce n'est pas la première fois qu'une élection se tient en hiver.

Il estime en revanche que la « morosité » constatée à l'annonce de la tenue d'élections pourrait expliquer en partie la désaffection de l'électorat.

Le DGE a fait état d'une recherche entreprise conjointement par l'Université Laval et l'Assemblée nationale afin de tenter de comprendre pourquoi de plus en plus de Québécois, notamment des jeunes, boudent les urnes.

En attendant les résultats de cette étude, Marcel Blanchet a indiqué qu'un inventaire sera effectué pour essayer d'obtenir des explications. Il a fait remarquer que le taux de participation a été particulièrement bas dans les circonscriptions de Montréal et de l'Outaouais.

Le DGE a dit que d'autres pistes seront étudiées dans le souci d'améliorer le taux de participation, comme l'introduction de nouveaux modes de vote à l'aide du téléphone ou d'Internet.

Une tendance historique

Selon Joseph-Yvon Thériault, sociologue à UQAM, ce désintérêt des électeurs trouve une partie de sa réponse dans la conjoncture du moment, alors que les Québécois étaient appelés aux urnes après des présidentielles américaines palpitantes et un important scrutin au fédéral.

Mais il y a plus: « On note partout depuis 20, 25 ans une désaffection de l'électorat pour les institutions politiques de la représentation: moins de participation politique dans les partis, moins de votes. Surtout chez les jeunes. »

Il semble cependant que cette fois-ci, ce soit le Parti libéral qui ait davantage pâti de cette désaffection.

Habituellement, le faible taux de participation pénalise le Parti québécois. Le PQ a plutôt repris du poil de la bête avec 51 sièges à l'Assemblée nationale, retrouvant ainsi son statut d'opposition officielle.(lire notre nouvelle).

Le sociologue estime d'autre part que l'élection d'un député de Québec solidaire va susciter un intérêt pour nos institutions politiques dans une tranche de la population qui, habituellement, vote moins.

« C'est triste », dit Jérôme-Forget

Réélue, la députée et ministre des Finances, Monique Jérôme-Forget, a indiqué mardi matin sur les ondes du Réseau de l'information que « c'est triste » de constater un aussi bas taux de participation.

Selon elle, le froid mordant qui sévissait lundi, avec des températures atteignant moins 20 degrés Celsius, serait un facteur qui expliquerait le désintérêt des électeurs.

Quoi qu'il en soit, Mme Jérôme-Forget a parlé d'une « vraie victoire », ajoutant que son gouvernement, même majoritaire, composera avec les partis de l'opposition à l'Assemblée nationale.

Des exemples d'une forte participation:

  • Référendum de 1980: 85,61 %;
  • Élections générales de 1985: 75,64 %;
  • Élections générales de 1989: 74,95 %;
  • Référendum de 1995: 93,52 %;
  • Élections générales de 1998: 78,32 %
  • .

    Donnez votre opinion!

    Que laisse présager la nouvelle composition de l'Assemblée nationale? Nous vous invitons à vous exprimer sur notre forum, En ligne, citoyens!



    Equipe
    © Société Radio-Canada. Tous droits réservés.