[Montréal]Québec solidaire

Un premier député élu

Mise à jour le mardi 9 décembre 2008 à 14 h 32

La formation politique de gauche Québec solidaire fait son entrée à l'Assemblée nationale.

En effet, au terme d'une lutte serrée, le porte-parole Amir Khadir remporte la circonscription de Mercier. Il devance son principal adversaire, Daniel Turp, du Parti québécois.

Dans la circonscription de Gouin, la porte-parole de Québec solidaire Françoise David est arrivée deuxième derrière le péquiste Nicolas Girard. (Lire notre article)

Le premier député solidaire a prononcé son discours d'acceptation au côté de Mme David, devant une horde de militants visiblement comblés.

Cette victoire ne nous a pas été donnée, a-t-il lancé sous les applaudissements nourris de ses militants, avant de souligner que l'on assistait à un moment historique.

Cette élection nous fait dire qu'un autre Québec est possible!

— Amir Khadir

Dans un élan d'enthousiasme, Françoise David a salué les suffrages récoltés par plusieurs candidats solidaires, tels que François Saillant (Rosemont), Manon Massé (Sainte-Marie-Saint-Jacques), Bill Clennett (Hull) et Ruba Ghazal (Laurier-Dorion).

Lors du scrutin de 2007, M. Turp avait été élu par 1123 voix de majorité devant Amir Khadir.

Le candidat péquiste était professeur de droit avant de faire carrière en politique. Il a d'abord été député fédéral pour le Bloc québécois dans Beauharnois-Salaberry de 1996 à 2000. Puis, il a été choisi par les électeurs de Mercier, à Montréal, en 2003.

M. Khadir est médecin. Il pratique à Lachenaie dans la région montréalaise.

Donnez votre opinion!

Que laisse présager la nouvelle composition de l'Assemblée nationale? Nous vous invitons à vous exprimer sur notre forum, En ligne, citoyens!

Miser sur le web

Les Québécois doivent s'inspirer de l'élection de Barack Obama aux États-Unis qui témoigne d'un désir de changement, et donner une bonne leçon aux politiciens traditionnels du Québec.

C'est le message qu'avaient lancé les porte-parole de Québec solidaire lors du lancement de leur campagne électorale. Françoise David et Amir Khadir demandaient alors aux électeurs du Québec de voter aussi pour le changement le 8 décembre.

En 2007, Québec solidaire n'avait récolté que 3,65 % des suffrages, arrivant ainsi derrière le Parti vert du Québec. La formation de gauche voulait augmenter son score en participant au débat des chefs, mais cela lui a été refusé.

Exclue, la porte-parole principale de Québec solidaire, Françoise David, a participé à l'exercice à sa manière.

Elle s'est adressée aux électeurs sur son site Internet à l'heure même du débat des chefs télévisé. Elle a aussi répondu en ligne aux questions posées par Stéphane Bureau et par le public aux trois chefs, puis a commenté leurs prestations.

Mentionnons qu'une pétition sur le site Débatpourtous.net pour réclamer la présence de Mme David au débat a recueilli près de 12 000 signatures.

Québec solidaire se réjouit d'avoir obtenu l'appui d'une brochette de personnalités, telles que Dan Bigras, Richard Desjardins, Laure Waridel, Dany Laferrière, France Castel, Michel Chartrand, Ève Cournoyer et Armand Vaillancourt.

Nous sentons un enthousiasme palpable quand nous faisons du porte-à-porte dans nos circonscriptions.

— Françoise David

À gauche de l'échiquier

Au sujet des engagements économiques des libéraux et des péquistes, les solidaires s'y sont opposés tout au long de la campagne. « Un plan Tonka pour l'un, un plan lilliputien pour l'autre », selon Françoise David.

Québec solidaire s'est présenté comme le seul parti voulant utiliser le « plein potentiel de l'énergie éolienne et créer des emplois diversifiés pour tous les Québécois et Québécoises, au lieu de vendre le Grand Nord et construire autoroute sur autoroute ».

Les porte-parole ont d'ailleurs misé sur la création d'une société publique chargée du développement de cette filière et la création de coopératives d'énergie éolienne.

Pour réduire les effets de la crise économique, Québec solidaire proposait un plan susceptible de créer 40 000 emplois dans le transport en commun, le logement social, les centres de la petite enfance, les écoles primaires et secondaires ainsi que dans le domaine artistique, entre autres.

Outre des investissements dans l'économie sociale, Québec solidaire prônait la construction de 50 000 logements sociaux, la création de 38 000 nouvelles places en centres de la petite enfance ainsi que l'embauche d'enseignants et de professionnels à l'école pour réduire le nombre d'élèves par classe au primaire et surtout au secondaire.

Promesses de campagne

Lisez notre compilation des promesses faites par les principaux partis lors de cette campagne.



Equipe
© Société Radio-Canada. Tous droits réservés.