Crise à Ottawa

Marois somme Charest de se prononcer

Mise à jour le mercredi 3 décembre 2008 à 10 h 59
Pauline Marois

Tout comme le chef adéquiste Mario Dumont (lire notre nouvelle), la chef du Parti québécois Pauline Marois déplore le silence de Jean Charest sur la crise politique à Ottawa (lire notre dernière nouvelle sur la question).

En point de presse mercredi matin, Mme Marois a accusé Jean Charest de se défiler de ses responsabilités de premier ministre et l'a sommé de commenter les événements.

Je trouve que [Jean Charest] manque complètement à ses responsabilités de premier ministre. D'abord, qu'il n'ait rien dit au moment de l'énoncé budgétaire [et] qu'il continue de se taire et de se cacher, c'est inadmissible de la part d'un premier ministre québécois. Il est déjà à genoux, puis on sait pas ce qui va arriver. Alors, imaginez si jamais Harper disait: "moi, je maintiens la ligne dure". Moi, je crois qu'à ce moment-là, ça devrait indiquer aux Québécois et aux Québécoises qu'il vaut mieux avoir quelqu'un à Québec qui se tient debout, un parti souverainiste qui va défendre les intérêts du Québec.

- Pauline Marois

Selon Mme Marois, M. Charest doit se prononcer sur la coalition à Ottawa et les « gains faits par le Bloc québécois » pour la province en l'appuyant. Elle a notamment parlé de l'aide aux secteurs manufacturier et forestier, de la bonification de l'assurance-emploi et de l'abolition des compressions en culture.

« Il est notre premier ministre. Il est encore le mien. Et sa responsabilité, c'est de dire aux Québécois ce qu'il va faire dans la situation actuelle », a-t-elle déclaré.

La chef péquiste a ajouté que, selon elle, la situation à Ottawa demandait un geste fort du premier ministre pour défendre les intérêts du Québec.

Ça aurait été facile pour moi de dire: "j'aime pas trop ça la coalition finalement à Ottawa parce qu'il y a des gens qui n'aiment pas ça qu'on s'allie avec..." Non, il est le premier ministre du Québec. Il a une responsabilité. Et c'est là qu'on mesure les grands chefs, s'ils sont capables de se tenir debout dans la tempête, pis quand c'est difficile, pis qu'ils nous disent la vérité.

- Pauline Marois

Sur la souveraineté

Mme Marois s'est aussi expliquée sur les propos de l'ex-chef péquiste Jacques Parizeau, qui a laissé entendre que la crise à Ottawa remettait à l'avant-plan l'option souverainiste au Québec. Pauline Marois a indiqué que « c'est pas l'objectif, mais si ça a comme effet secondaire de la faire avancer, tant mieux. [...] L'objectif était de défendre les intérêts des Québécois et des Québécoises ».

Elle a ajouté ne pas avoir souhaité les réactions plutôt vives dans le reste du Canada au sujet d'une coalition fédérale soutenue par un parti souverainiste. « [La réaction négative] arrive parce qu'il y a des gens qui ne comprennent pas ce que propose le Québec et ce que défend le Québec », a-t-elle dit.

La chef péquiste a précisé que la souveraineté demeurait l'objectif fondamental de son parti.

Donnez votre opinion!

Crise politique à Ottawa: commentez la position des partis politiques québécois. Nous vous invitons à vous exprimer sur notre forum, En ligne, citoyens!



Equipe
© Société Radio-Canada. Tous droits réservés.