Aide sociale - ADQ

Une méconnaissance consternante, selon un groupe

Mise à jour le dimanche 23 novembre 2008 à 9 h 31

Le Front commun des personnes assistées sociales du Québec (FCPASQ) dénonce les mots du chef de l'Action démocratique du Québec Mario Dumont au sujet des bénéficiaires de cette couverture sociale.

Pour Amélie Châteauneuf, porte-parole du regroupement, Mario Dumont a prononcé des mots « inacceptables et empreints de préjugés envers les personnes assistées sociales » en laissant entendre que ces personnes « choisissent cela comme mode de vie ».

Mario Dumont (à droite) en compagnie de Carl Thibault, propriétaire d'une usine de camions de pompiers à Pierreville.

Photo: La Presse Canadienne /Jacques Boissinot

Mario Dumont à Pierreville.

Le FCPASQ réagissait aux intentions de l'ADQ en matière d'incitatifs pour les assistés sociaux par rapport à l'emploi.

Un engagement récurrent

Jeudi, en effet, Mario Dumont a réitéré son intention de serrer la vis aux assistés sociaux aptes au travail. Il souhaite ainsi ramener sur le marché du travail 70 000 des 136 000 bénéficiaires de l'aide sociale aptes à l'emploi. (lire la nouvelle Revoir l'aide sociale ).

Il faut le faire parce qu'il y a un respect minimal pour l'ensemble des contribuables, qui eux se lèvent le matin et travaillent fort, de ne pas prendre leurs impôts pour financer un autre mode de vie. [...] L'aide sociale comme mode de vie, c'est fini.

- Mario Dumont

Lors de la campagne électorale de 2007, M. Dumont s'était engagé à réintégrer à l'emploi quelque 25 000 personnes en 9 mois (lire la nouvelle de 2007)

Une méconnaissance grave

Pour le front, Mario Dumont insinue que les assistés sociaux refusent de travailler. Par ses propos, déclare le groupe, le chef de l'ADQ démontre une méconnaissance grave du marché de l'emploi.

« Il est consternant de voir un homme qui aspire à devenir le chef du gouvernement du Québec tenir des propos qui renforcent l'exclusion sociale de personnes qui vivent chaque jour dans la grande pauvreté. »

- Amélie Châteauneuf

« Monsieur Dumont ignore certainement que les personnes assistées sociales dites aptes au travail doivent survivre avec un montant mensuel de 571 $, sinon il n'affirmerait pas que ces personnes "choisissent cela comme mode de vie" », déclare encore Mme Châteauneuf.

Le regroupement cite un rapport interne du ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale qui signalait qu'en 2006 moins de 10 % des adultes considérés aptes au travail par l'aide sociale pourraient se trouver du travail.

Le FCPASQ est un regroupement national d'une trentaine d'organismes locaux ayant pour mission de défendre les droits des personnes assistées sociales.



Equipe
© Société Radio-Canada. Tous droits réservés.