[Québec]Campagne électorale

Un débat dans le calme

Mise à jour le jeudi 20 novembre 2008 à 12 h 27
Débat entre les candidats

À environ trois semaines du scrutin provincial, des candidats des cinq principaux partis politiques de la grande région de Québec se sont affrontés mercredi soir lors d'un débat organisé par la télévision de Radio-Canada, à Québec.

Contrairement au débat qui avait été organisé dans la région de Québec lors de la dernière campagne électorale fédérale, les candidats qui ont participé au débat de mercredi soir ont été moins incisifs dans leurs attaques à l'endroit des autres candidats.

Sans surprise, le candidat du Parti libéral du Québec (PLQ) dans la circonscription de Louis-Hébert, Sam Hamad, a tout de même été la cible de quelques attaques de la part des autres candidats.

La candidate péquiste dans la circonscription de Louis-Hébert, Françoise Mercure, a notamment accusé le PLQ de ne pas avoir été en mesure de créer suffisamment de groupes de médecine familiale depuis son élection en 2003.

« Nous, il est évident qu'on veut atteindre les 300 groupes de médecine familiale que le gouvernement du PLQ avait dit qu'il atteindrait et qu'il n'a pas atteints », a affirmé Mme Mercure.

De son côté, le candidat de l'Action démocratique du Québec (ADQ) dans la circonscription de Louis-Hébert, Jean Nobert, a critiqué le bilan des gouvernements libéral et péquiste en matière de santé.

Il a notamment accusé le PQ d'avoir supprimé des postes d'infirmières et de médecins lorsque les souverainistes étaient au pouvoir. Le candidat adéquiste a également tenu à rappeler le fait que les listes d'attente dans les hôpitaux sont toujours une réalité pour les Québécois.

M. Nobert a plaidé pour un système de santé mixte. « ll nous faut regarder toutes les avenues possibles », a-t-il indiqué, une remarque qui n'a pas manqué de faire réagir Serge Roy, candidat de Québec solidaire dans la circonscription de Taschereau. « Il faut arrêter d'entrer le privé dans la santé. Ça me révolte, ça me choque », a lancé M. Roy.

Le son de cloche a été le même du côté de Jacques Legros, candidat du Parti vert du Québec dans la circonscription de Montmorency. « C'est impensable de rentrer le privé dans le public », a affirmé M. Legros.

Françoise Mercure

La candidate du PQ dans Louis-Hébert, Françoise Mercure, et Jean Nobert, candidat de l'ADQ dans Louis-Hébert

Économie

Au chapitre de l'économie, la candidate péquiste et le candidat adéquiste n'ont pas tardé à attaquer M. Hamad à propos de la fermeture de l'usine d'AbitibiBowater de Donnacona.

M. Nobert a d'ailleurs qualifié de « fiasco » la gestion du PLQ dans ce dossier.

Le candidat libéral s'est défendu en affirmant que c'est la papetière qui avait décidé de fermer l'usine de Donnacona.

De son côté, Mme Mercure a critiqué l'incompétence du PLQ quant à sa gestion de la crise économique actuelle. La candidate péquiste a tenu à rappeler que le PQ sait gérer de telles situations puisqu'il a déjà gouverné en temps de crise.

M. Roy a quant à lui plaidé pour une augmentation du salaire minimum. Il a également affirmé qu'il fallait absolument régler le problème de l'aide sociale, « où les gens sont carrément étranglés ».

Le candidat vert a de son côté plaidé pour une économie verte et régionale. M. Legros a notamment indiqué qu'il est impératif d'investir dans les petites entreprises et les entreprises familiales.



Equipe
© Société Radio-Canada. Tous droits réservés.