PQ

Marois veut relever les régions

Mise à jour le vendredi 14 novembre 2008 à 15 h 58
Pauline Marois

Photo: La Presse Canadienne /Graham Hughes

C'est avec un changement de structures devant coûter 500 millions de dollars que le Parti québécois compte donner un élan aux régions, si les péquistes forment le prochain gouvernement.

La chef péquiste Pauline Marois a pris cet engagement à l'occasion du dévoilement de sa stratégie pour le développement des régions.

En campagne dans la région du Saguenay vendredi matin, Mme Marois a précisé que les 500 millions seraient de l'argent frais réparti sur cinq ans et géré en partenariat avec les instances régionales.

La chef péquiste promet notamment de « mettre en place une politique nationale d'occupation dynamique du territoire en s'appuyant sur les décideurs locaux et en misant sur des mesures de soutien flexibles et adaptées aux différentes réalités du Québec ».

« Ce sera de la décentralisation à la carte. Ce nouvel élan aux régions mettra fin aux approches mur à mur », a expliqué Mme Marois.

La chef du PQ affirme que plusieurs entrepreneurs pourront bénéficier de l'aide promise, par exemple des entreprises en région qui génèrent des emplois dans le secteur de la biomasse et d'autres biotechnologies.

« Elles ont l'expertise, elles ont le personnel, mais le capital n'est pas là », explique Mme Marois. Le fonds de 500 millions permettrait de régler ce problème.

L'éthique et les religions à l'école

D'autre part, la chef du PQ Pauline Marois veut garder le cours d'éthique et de culture religieuse dans les écoles.C'est ce qu'elle a déclaré en entrevue vendredi matin sur les ondes de CKRS, une radio privée au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Ce cours est implanté cette année dans les écoles primaires et secondaires du Québec. Il remplace les cours de religion et de morale.

La fin de semaine dernière, le chef adéquiste Mario Dumont réclamait un moratoire sur le cours d'éthique et de culture religieuse dans les écoles primaires. Il estime que les jeunes doivent d'abord forger leur identité, avant de s'ouvrir aux autres. Il propose qu'au primaire, on remplace ce cours par un cours de français.

Les places en garderie

D'autre part, la chef péquiste Pauline Marois promet, si elle est élue, d'accorder immédiatement les 2000 permis en attente pour la réalisation de places en garderie.

Mme Marois promet aussi qu'elle ne touchera pas à l'allocation pour enfants versée aux parents. Elle reconnaît toutefois que toutes les femmes ne travaillent pas de 9 à 5. La chef péquiste propose de développer des services de garde aux horaires atypiques, comme le soir ou la nuit.



Equipe
© Société Radio-Canada. Tous droits réservés.